Suivez nos progrès à la RoboCup 2005
La RoboCup 2005 est enfin arrivée. Voici un résumé du déroulement des événements tels que vécus par notre équipe.

Envol vers le Japon (9 et 10 juillet)
Samedi le 9 juillet 2005, nous, 5 membres du voyage, arrivons vers 9h15 à l'aéroport et passons les douanes. Vers 12h10, nous prennons notre envol vers Détroit, où nous ferons escale pour repartir vers Osaka à 3h00. Treize heures plus tard, vers 18h00 heure locale d'Osaka, nous arrivons à destination et nous dirigeons vers l'hôtel.

Les préparatifs furent laborieux, mais ça en aura valu la peine puisque pour ce qui est de la logistique (hôtel, voyage), tout se déroule bien.
Installation au site de la compétition (11 juillet)
Après une nuit d'un sommeil peu réparateur - on vivait les effets du décalage horaire - on se présente au site de la compétition et s'enregistre. Les organisateurs nous mène à la table qui nous est réservée et on retrouve nos robots, en assez bon état malgré leur voyage - il y aura seulement quelques pièces mineures à changer. On s'installe et commence la calibration des robots à ce nouvel environnement.
Technical challenge (12 juillet, vers 10h00, heure d'Osaka)
Dans l'optique de faire un premier classement des équipes, une épreuve pour un robot en solo est organisée. Le robot doit partir d'une extrémité du terrain et amener un ballon vers le but à l'autre extrémité en contournant plusieurs (6) obstacles placés sur le terrain. Robofoot sera la première équipe évaluée.
Première partie (13 juillet, 10h00, heure d'Osaka)
Premier match de Robofoot à la compétition internationale: il va sans dire qu'on est quelque peu nerveux. Le hasard fait en sorte qu'on jouera contre l'équipe japonaise Eigen, championne mondiale des 3 dernières années. Il y aura quelques problèmes au niveau de l'arbitrage de la partie, et un des deux moteurs d'un de nos robots sautera. À la fin de la première moitié, le score est nul. L'équipe adverse comptera 4 buts dans la deuxième moitié; ainsi le score final sera 4:0.
Seconde partie: première victoire de Robofoot à la RoboCup! (13 juillet, 15h00, heure d'Osaka)
Pour notre deuxième partie, nos robots affrontent ceux de l'équipe Persian Gulf, d'Iran. Leurs robots sont dotés de moteurs très puissants, mais, pourtant, ils ne bougent pas beaucoup, comme plusieurs équipes ici. Nous marquerons 3 buts, dont un très intéressant pour la séquence d'évitement d'obstacles qui le précède. Nous l'emportons donc 3 à 0.
Tournage pour Découverte (14 juillet)
Une équipe de l'émission Découverte s'intéresse à notre projet et ont déjà tourné quelques images. Dans le cadre du reportage qu'ils préparent, ils ont fait appel à une équipe locale, au Japon, pour prendre quelques séquences de la RoboCup 2005 et plus spécifiquement de notre équipe, pour une journée. Ainsi, ce matin, un caméraman et un preneur de son se présentent à nous et nous suivent jusqu'au site de la compétition, où ils resteront jusqu'à 17h00.
Troisième partie: seconde victoire (14 juillet, 10h00, heure d'Osaka)
L'équipe contre laquelle nos robots viennent de jouer est japonaise: DIT-RC. Leurs robots semblaient éprouver de sérieux problèmes techniques et ne bougeaient simplement pas. Il s'agit donc d'une deuxième victoire pour l'équipe, 2 à 0. Le score n'est pas spectaculaire car, dû à une erreur dans le code provoquée par une modification récente, les robots n'arrivent pas à s'orienter vers le but en partant des côtés. Comble de nos malheurs, plus tard, en tentant de corriger le problème, un de nos moteurs sautera.
Quatrième partie: troisième victoire (15 juillet, 11h00, heure d'Osaka)
Cette fois-ci, nos robots en affrontent d'autres du Danemark. Il s'agit de l'équipe DTU. Leurs robots bougent un peu, mais éprouvent de sérieux problèmes à trouver la balle. De notre côté, on a des problèmes de transmission d'information, mais on l'emporte tout de même 1-0.
Cinquième partie (deuxième étape de qualification) (15 juillet, 14h00, heure d'Osaka)
Comme on était parmi les deux meilleures équipes de notre "pool", on passe à la prochaine étape de qualification. On affrontera donc l'équipe WinKIT, une autre équipe japonaise, et une équipe très forte. On a réglé certains problèmes au niveau du logiciel, mais on éprouve des problèmes de réseau. Les robots joueront très bien en défense, et le score final, malgré nos problèmes, sera de 1-0 pour l'équipe adverse.
Sixième partie: Robofoot éliminé (15 juillet, 17h00, heure d'Osaka)
Cette partie déterminait si on passait aux finales: si on gagnait, on y allait. On jouait contre une équipe portugaise, Minho. Nous n'avions plus de problème de réseau mais une erreur technique a empêché nos robots de se partager de l'information durant la première mi-temps. De plus, les robots de l'équipe adverse étaient dotés d'un très puissant botteur de ballon. Il s'agit donc d'une deuxième défaite dans la seconde round d'éliminatoire, 2 à 0, ce qui signifie que Robofoot ne passera pas en finales. Malgré la défaite, il s'agit d'une de nos plus belles parties en compétition: nos robots ont très bien joué.
Deuxième technical challenge (16 juillet)
Dans le cadre de la compétition, plusieurs "technical challenges" avaient été organisés, comme, par exemple, pouvoir trouver un ballon de n'importe quelle couleur. Un de ces "challenges" consistait à montrer ce que l'équipe considérait intéressant de montrer concernant ses robots. Julien Beaudry, directeur du projet, a donc fait une présentation de différentes capacités des robots de Robofoot: le jeu coopératif, l'échange d'informations et la passe. Plusieurs spectateurs étaient aussi présents pour voir la performance, en-dehors du public formé par les membres des autres équipes.
Tourisme et retour au Canada (18 et 19 juillet)
Les événements principaux de la compétition étant terminés, nous avons profité du 18 juillet pour faire un peu de tourisme à Osaka, visitant principalement le Den Den Town - quartier où dominent les boutiques d'appareils électroniques - et un château traditionnel japonais. La journée suivante marquait notre départ du Japon, déjà. L'équipe est donc de retour au Canada, pleine d'idées pour la nouvelle plateforme qu'elle développera en vue des prochaines compétitions.